polipe.biz

polipe.biz  -

La cystoscopie

Votre médecin pourrait vous demander de faire une cystoscopie devant certaines situations. Ces situations sont en général des pathologies dans lesquelles les symptômes sont frustes ou atypiques (c’est-à-dire non spécifiques), la cystoscopie permettra ainsi de lever le doute. L’une des principales indications est représentée par l’existence d’antécédents personnels ou familiaux d’une tumeur maligne au niveau de la vessie (cancer de la vessie). La présence d’une hématurie, définie par l’existence de sang dans les urines, peut être observée soit par macroscopique (observée à l’œil nu) ou en situation microscopique.

 

Par ailleurs, les infections urinaires répétitives dont l’étiologie n’a pas été identifiée motivent également la réalisation d’une cystoscopie. Le médecin pourrait rechercher en outre la présence d’autres tumeurs malignes, une infection, ou encore un polype

 

Comment va se passer l’examen de la cystoscopie?

 

La cystoscopie est un examen invasif réalisé par un spécialiste qui est l’urologue. La cystoscopie consiste à introduire au niveau de l’orifice urétral une sonde (cystoscope) munie d’une petite caméra par laquelle le médecin visualisera l’état de la muqueuse vésicale, et par la même occasion de faire des biopsies (prélèvements qu’on pourra secondairement envoyer au laboratoire).

 

La cystoscopie est réalisée sous anesthésie locale. Cependant avant de l’effectuer, certaines mesures sont indispensables. Il faudra faire un examen des urines pour s’assurer de l’absence d’une éventuelle infection urinaire patente (en cours). Un examen cytobactériologique des urines (ou ECBU) devra donc être fait avant toute réalisation (4 à 5jours) d’une cystoscopie. En cas de bactériurie ou de leucocyturie significative, une antibiothérapie devra être débutée impérativement au moins un jour précédant l’examen. À défaut d’un ECBU, un examen à la bandelette urinaire (BU)  peut également orienter vers une infection urinaire.

 

Parallèlement, un bilan de coagulation pourra être demandé par votre médecin pour éviter un accident (risque hémorragique) au cours de la réalisation de la cystoscopie.  Il sera également indispensable de poser une perfusion par voie veineuse pour l’administration d’antalgiques (antidouleur) ou d’autres médicaments.

 

 

Existe-t-il des complications dans la cystoscopie?

 

Bien que la cystoscopie soit un examen simple, de durée variable, elle présente certains risques et complications. L’introduction du cystoscope dans l’urètre et la vessie pourrait amener des germes pathogènes (bactéries, ou virus ou parasite) dans les voies urinaires entrainant ainsi le développement d’une infection urinaire. De même, le passage de la sonde pourrait traumatiser l’urètre provoquant ainsi  des lésions et des irritations au niveau des muqueuses. Par ailleurs, des petites hémorragies peuvent survenir lors des biopsies. Dans de très rares cas, on peut assister à une perforation vésicale, grave pouvant entrainer une péritonite (urgence chirurgicale).

 

Certaines complications tardives peuvent apparaitre après la réalisation d’une cystoscopie. Elles sont surtout représentées par l’apparition d’une hématurie, d’un syndrome fébrile (augmentation de la température), et d’épisodes hyperalgiques (douleurs locales). Une consultation chez un urologue sera donc recommandée en présence de ces complications.

 

Pour conclure, la cystoscopie est un examen paraclinique pouvant aider à poser un diagnostic au cours des pathologies vésicales. Des mesures peuvent être prises avant et après sa réalisation pour s’assurer de la réussite et sécurité de l’examen, ainsi pour éviter d’éventuelles complications.

Be Sociable, Share!

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs requis marqués avec *

*

Anti-Spam Quiz: